Tamara Samsonova, la mamie éventreuse - L'Antre de Bloodwitch

mardi 6 septembre 2016

Tamara Samsonova, la mamie éventreuse

Photo de Tamara Samsonova
Tamara Samsonova
Aujourd'hui nous allons voir un cas récent, et loin d'être banal. Ci-dessus, je vous présente Tamara Samsonova, 69 ans cette année. Elle a été arrêtée à la fin du mois de juillet 2015 à Saint Petersbourg, accusée d'avoir assassiné sa colocataire, Valentina Ulanova, alors âgée de 79 ans, sous prétexte que celle-ci n'aurait pas fait une vaisselle. Un coup de colère ? Pas tellement, car Tamara Samsonova ne s'est pas arrêtée au "simple" meurtre.
Non, elle a entrepris de découper le corps de sa victime en 8 morceaux, avant de les cacher dans les environs. C'est le 27 juillet 2015 que l'on découvrit plusieurs morceaux d'un corps dans des sacs éparpillés dans le quartier. Et c'est par la vidéosurveillance du 25 juillet que la police sut que le meurtre avait été perpétré par Tamara Samsonova, elle fut donc arrêtée dès le 28. Vous pouvez découvrir la vidéo ci-dessous si vous le souhaitez (rien de choquant, si on pense qu'il s'agit d'une dame qui descend de simples poubelles...) :


Valentina Ulanova, sa dernière colocataire dont l'assassinat permit son arrestation, fut empoisonnée par une salade que ladite Samsanova, lui avait préparée, avec pas moins de 50 gélules de benzodiazépine. La raison qu'évoqua Samsonova pour expliquer cet empoisonnement fut qu'elle ne désirait plus vivre avec Valentina. Elle raconta qu'elle l'avait retrouvée sans vie au sol en rentrant à 2h du matin, et qu'elle avait alors entreprit de découper son corps, puis de faire bouillir sa tête et ses bras, avant de s'en débarrasser comme on peut le voir sur la vidéosurveillance. Sauf que l'histoire ne s'arrête pas là...

Photo du journal intime de Tamara Samsonova
Le journal intime de Tamara Samsonova

Durant la perquisition que les policières firent chez Samsonova, outre la découverte d'une scie qui avait pu servir à découper le corps de Ulanova, ainsi que de traces de sang dans sa salle de bain, ils retrouvèrent le journal intime qu'elle tenait. Rédigé en 3 langues, elle y racontait les 11 autres meurtres qu'elle avait commis depuis la fin des années 1990. Ce journal rapportait notamment qu'elle avait pour habitude d'endormir ses victimes à l'aide de médicaments avant de les tuer, et qu'ensuite elle en mangeait les organes internes. Fait intéressant à souligner, de par le passé elle avait été voisine avec Andreï Tchikatilo, plus connu sous le nom de "L'Eventreur de Rostov", condamné en 1992 à la peine de mort pour le meurtre et le viol de 52 personnes entre 1978 et 1990. On est en droit de se demander jusqu'à quel degré ces deux-là avaient bien pu se lier...

Toujours est-il que depuis la découverte de ce journal, la police épluche tous les meurtres non élucidés de la région depuis ces 20 dernières années, dans l'espoir de pouvoir en résoudre quelques-uns grâce au journal de Tamara Samsonova. Les médias russes, de leur côté, avancent que deux meurtres auraient déjà eu lieu dans l'appartement de cette femme, l'un en 2000, l'autre en 2003. Concernant cette seconde affaire, la victime fut identifiée mais le mystère de son meurtre ne fut jamais résolu, or le journal de Samsonova évoque les tatouages que portait cette personne et, pire encore, sa carte professionnelle a été retrouvée chez elle. Par ailleurs, elle avait elle-même déclaré la disparition de son mari en 2005, et celui-ci ne fut jamais retrouvé. Qui sait si elle n'est pas responsable de cette disparition ?

Photo de Valentina Ulanova
Valentina Ulanova

Il est difficile de savoir le vrai du faux dans cette affaire, tant le discours de Samsonova elle-même ne tient pas debout. Elle se serait par exemple inventé une carrière d'actrice et de diplômée d'une grande école de ballet, avant de se raviser et de déclarer qu'elle avait toute sa vie été employée dans un hôtel de Saint Petersbourg, ce qui est finalement la vérité. Une expertise psychiatrique a évidemment été demandée dans le cadre de l'enquête, celle-ci mettra en lumière une schizophrénie paranoïaque, et il ne serait pas exclu qu'elle ait un penchant pour le cannibalisme.

Son jugement a débuté à la mi-août 2016, alors qu'elle est déjà internée au sein d'un hôpital psychiatrique sous haute surveillance. Elle a admis le meurtre de Valentina Ulanova à la police dès le début, cette affaire est donc résolue. Mais celle-ci cherche une possible implication réelle en ce qui concerne ce qui est relaté dans son journal intime, et pour l'instant elle ne trouve rien de probant. Cependant, une de ses anciennes amies, Anna Batalina, a rapporté qu'elle l'avait menacée de la couper en morceaux une fois sous le coup de la colère. Et elle a ajouté qu'elle avait déjà été soupçonnée du meurtre de sa belle-mère.

Retrouvez la liste complète des articles de l'Antre, triée par monde puis par ordre chronologique, en cliquant ICI.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire