L'Antre de Bloodwitch

dimanche 18 juillet 2021

"El Novae Terrae 1 : La Guerra de la Sangre" - Extracto número tres, traducción de Xavier Méndez

Couverture de "El Novae Terrae 1", de Bloodwitch Luz Oscuria, traducido por Xavier Méndez
"El Novae Terrae 1", de Bloodwitch Luz Oscuria, traducido por Xavier Méndez

Este es el tercer fragmento de mi novela, "El Novae Terrae 1: La Guerra de la Sangre", en su versión traducida por Xavier Méndez.

dimanche 11 juillet 2021

"El Novae Terrae 1 : La Guerra de la Sangre" - Extracto número dos, traducción de Xavier Méndez

Couverture de "El Novae Terrae 1", de Bloodwitch Luz Oscuria, traducido por Xavier Méndez
"El Novae Terrae 1", de Bloodwitch Luz Oscuria, traducido por Xavier Méndez


Este es el segundo fragmento de mi novela, "El Novae Terrae 1: La Guerra de la Sangre", en su versión traducida por Xavier Méndez.

dimanche 4 juillet 2021

"El Novae Terrae 1 : La Guerra de la Sangre" - Extracto número uno, traducción de Xavier Méndez

Couverture de "El Novae Terrae 1", de Bloodwitch Luz Oscuria, traducido por Xavier Méndez
"El Novae Terrae 1", de Bloodwitch Luz Oscuria, traducido por Xavier Méndez

Este es el primer fragmento de mi novela, "El Novae Terrae 1: La Guerra de la Sangre", en su versión traducida por Xavier Méndez.

mardi 22 juin 2021

Mon épée de Damoclès, ma meilleure ennemie

Epée de Damoclès par Kanade-Chizuru (DeviantArt)
Epée de Damoclès par Kanade-Chizuru (DeviantArt)


J'ai un ennemi. Il n'est pas humain, il n'est pas palpable, il ne se voit même pas. Mais il est là. Depuis que de j'ai 11 ou 12 ans. J'ai une malformation au niveau de la tuyauterie de mon corps. Les clapets qui sont censés empêcher la remontée de mes urines dans mes reins fonctionnent mal. Ainsi, de mes 11-12 ans jusqu'à ma grossesse à l'âge de 23 ans, tous les ans une fois par an, mon épée de Damoclès tombe, tel un couperet. Elle porte un nom barbare. Pyélonéphrite. Derrière ce terme se cachent deux pathologies : la pyélite et le néphrite.

mardi 1 juin 2021

La "cancel culture", ou l'avènement d'un mode de pensée unique

Aujourd'hui, nous vivons dans un monde où, parce que ma fille de 11 ans a osé faire la petite remarque "C'est un nom chinois", en commentant le nom d'un artiste cité par son professeur d'arts plastique au collège, l'un de ses camarades du même âge l'a traitée de raciste. Nous vivons dans un monde où, même sans aucun sous-entendu péjoratif dans la parole, ce que l'on dit peut être interprété, étiqueté, déformé... y compris par des enfants de 11 ans, des enfants qui sont naturellement le reflet de leurs parents, qui ne se rendent pas toujours compte de ce qui se passe dans la tête de leur propre progéniture quand ils parlent avec eux.