Ursula Kemp, la sorcière de Saint Osyth - L'Antre de Bloodwitch

lundi 14 mars 2016

Ursula Kemp, la sorcière de Saint Osyth

Photo de Saint Osyth, comté de l'Essex, Grande Bretagne
Saint Osyth, comté de l'Essex, Grande Bretagne

Saint Osyth est un petit village du comté de l'Essex, en Grande Bretagne. 4277 habitants y étaient recensés en 2011, c'est dire si c'est petit. Par contre, pour ce qui est de l'ambiance paisible, on peut repasser... En effet, ce village s'accompagne d'une légende, qui continue encore de faire parler de nos jours. Mais commençons par le commencement.

Tout commença durant le XVIème siècle, plus précisément en 1582. L'affaire des sorcières de St Osyth battait alors son plein, avec en première ligne l'accusation de sorcellerie d'une certaine Ursula Kemp, née vers 1525 à St Osyth même. Cette femme est la plus célèbre victime des chasses aux sorcières. Elle était rebouteuse, elle était réputée pour savoir annihiler les malédictions des gens, et c'est ironiquement cette réputation qui fit d'elle une coupable idéale de sorcellerie. Elle n'était pas seule dans ce cas, 13 autres personnes furent accusées également et condamnées. Concernant le cas particulier d'Ursula Kemp, la cour avait promis la clémence si elle avouait être une sorcière. Ce qu'elle fit, espérant s'en sortir, car la sanction pour sorcellerie était l'exécution, et qu'elle avait alors un fils âgé de seulement 8 ans. Dans son témoignage, elle impliqua au passage d'autres personnes avec elle. Mais ses aveux de bonne volonté ne reçurent aucune clémence de la part de la cour, car ses voisins l'accusèrent de recourir à l'usage de familiers afin de leur apporter diverses maladies dont ils souffraient, dans le but de leur soutirer ensuite de l'argent en échange de ses remèdes magiques. Les familiers sont par définition des esprits animaux qui secondent les sorcières dans leurs exercices. Ursula Kemp fut finalement reconnue responsable des décès d'Edna Stratton et de deux enfants nommés Johan Thurlowe et Elisabeth Letherdale, et fut condamnée à la pendaison à Chelmsford aux côtés de 5 des 12 femmes qu'elle dénonça.

Photo du squelette présumé d'Ursula Kemp en 1921
Le squelette présumé d'Ursula Kemp en 1921

Ce n'est qu'en 1921 que le nom d'Ursula Kemp refit surface, suite à la découverte des squelettes de deux femmes dans un jardin à St Osyth. C'est Charles Brooker, le propriétaire de la maison attenante à ce jardin, qui fit cette trouvaille et se convainquit le premier que l'un d'eux était celui d'Ursula Kemp. Il en profita pour se faire de l'argent dessus, transformant le présumé cadavre de la rebouteuse en véritable attraction, faisant payer les gens pour le voir. Il commercialisa même des cartes postales à l'effigie de ce squelette. Une trentaine d'années plus tard, ces restes furent vendus au Witchcraft Museum à Boscatle, dont le propriétaire était alors Cecil Williamson, un sorcier païen qui fit la promesse de les préserver, de sorte qu'ils ne servent plus à l'exploitation. Mais il vendit son musée peu avant sa mort, et le cadavre présumé d'Ursula Kemp n'était pas inclus dans cette vente. Son dernier propriétaire connu fut le peintre prolifique britannique Robert Lenkiewicz, artiste britannique réputé surtout pour son excentricité. Il exposa le squelette dans sa bibliothèque, avec le corps embaumé d'un sans abri local. Excentrique, que je disais... Après son décès, survenu le 5 août 2002, le squelette se retrouva au centre d'une vraie bagarre au niveau de la succession.

Photo du squelette présumé d'Ursula Kemp
Le squelette présumé d'Ursula Kemp

En 2007, un réalisateur de documentaires nommé John Warland se pencha sur le cas Ursula Kemp, et il parvint à mettre la main sur ses restes présumés pour les besoins de "Witch finder", un documentaire basé principalement sur l'histoire de la sorcellerie à l'est de la Grande Bretagne au XVIème et XVIIème siècle. Il exécuta une datation au carbone sur les restes en question, et parvint à la conclusion qu'il ne pouvait s'agir de ceux d'Ursula Kemp, car il était impossible que ceux-ci du XVIème siècle, la présence de clous de fer dans différentes parties du squelette en attestait. Le corps fut finalement à nouveau inhumé le 15 avril 2007, en la présence de représentants à la fois chrétiens et païens, pour le symbolisme. Mais l'histoire ne s'arrête encore pas là.

Photo du panneau de la maison de St Osyth
Panneau de la maison de St Osyth

A St Osyth, une maison surnommée The Cage est réputée pour être hantée depuis bien longtemps, car elle a servi de prison à celles qui furent accusées de sorcellerie au XVIème siècle, dont Ursula Kemp. Sur l'un de ses murs est d'ailleurs apposée une plaque qui rappelle ce fait. Elle est en photo au-dessus de ce paragraphe. En cette année 2016, un policier retraité répondant au nom de Chris Halton, reconverti dans la chasse aux fantômes, prétend avoir pris une photo d'Ursula Kemp à proximité de cette fameuse maison. Sur cette photo, on voit des effets lumineux étonnants il est vrai, qui peuvent faire penser à une personne poussant un brancard, mais de là à dire qu'il s'agit forcément de cette sorcière... Sa théorie est qu'il s'agit de l'esprit vengeur d'Ursula Kemp. Vous pouvez voir la photo ci-dessous afin de vous faire votre avis :

Photo prise par Chris Halton, policier à la retraite
Photo prise par Chris Halton, policier à la retraite
Si l'histoire s'arrêtait là... Mais toujours pas ! Sachez que cette maison était en vente au début du mois de février dernier. Sa propriétaire, Vanessa Mitchell, 43 ans, a décidé de jeter l'éponge, 11 ans après y avoir emménagé, car elle ne supporterait plus la présence des fantômes qui s'y trouvent. Elle raconte qu'au moment où elle a acheté la bâtisse en 2004, elle ignorait que celle-ci avait la réputation d'être hantée. Vanessa Mitchell témoigne avoir entendu des bruits sans savoir d'où ils viennent, avoir vu des objets changer de place, avoir eu également la sensation plusieurs fois d'être touchée par quelque chose d'invisible, puis avoir repéré des tâches de sang sur le parquet. A force de vivre ces événements inexplicables, elle a fini par faire installer des caméras de surveillance. Ci-dessous, une apparition filmée par une de ces caméras à gauche, et son interprétation à droite :

Photo d'une apparition dans la maison de St Osyth filmée par une caméra de surveillance
Une apparition dans la maison de St Osyth filmée par une caméra de surveillance
Vanessa Mitchell, ainsi que des experts en fats paranormaux, affirment y voir une tête de bouc, une représentation bien connue du Diable. Lors de son procès, Ursula Kemp avait confirmé se servir de 4 familiers pour la seconder dans sa pratique de la sorcellerie. Ce bouc présumé est-il l'un de ces 4 familiers ? Si vous voulez vérifier cela, vous pouvez acheter cette maison pour la (modique...) somme de 180.000 livres, soit 237.000€. Est-il utile de préciser que Vanessa Mitchell ferait une plus-value de 32.000 livres sur cette vente ? Car Vanessa Mitchell est une commerciale accomplie, eh oui. Dès qu'elle a appris l'histoire de The Cage, elle a créé un site web relatant son histoire, que vous pouvez visiter ICI. Avant de mettre la maison en vente, elle a aussi eu l'idée d'en faire une maison d'hôte pour les amateurs de surnaturel.

Retrouvez la liste complète des articles de l'Antre, triée par monde puis par ordre chronologique, en cliquant ICI.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire