Le Vampire de Highgate - L'Antre de Bloodwitch

vendredi 11 mars 2016

Le Vampire de Highgate

Un article de journal au sujet du Vampire de Highgate
Un article de journal au sujet du Vampire de Highgate

Le Vampire de Highgate, contrairement à ce que l'on pourrait croire, n'est pas vraiment une personne. En réalité, c'est le nom qui a été donné à un gros mouvement de panique qui eut lieu à la suite de la publication dans un journal local d'une histoire qui s'est déroulée au sein du cimetière de Highgate, à Londres (Angleterre), au début des années 70.

Ce fameux cimetière, construit en 1839, était à cette époque le théâtre de visites impromptues de groupes de jeunes intéressés en premier lieu par l'occultisme. Ils s'y donnaient rendez-vous à partir de la fin des années 60 afin de satisfaire leurs besoins occultes. Cela engendrait des dégradations dans les lieux, et le cimetière commença donc à avoir une mauvaise réputation. Dans la nuit du 21 au 22 décembre 1969, un certain David Farrant se rendit dans le cimetière. Il expliquera par la suite via une lettre, publiée dans le journal "Hampstead and Highgate Express" du 6 février 1970, que son souhait était d'y passer le réveillon de Noël, mais que durant cette nuit du 21 au 22 décembre il y rencontra ce qu'il dira être une "grey figure" (que l'on peut traduire par "entité grise"). Plusieurs des habitués du cimetière confirmèrent la présence de cette entité, ou de quelque chose s'en approchant, qui hantait le cimetière et ses alentours, dont notamment la route Swains Lane qui coupait le cimetière en deux. Les témoignages permirent d'établir quelques descriptions de ces apparitions. On parla tout d'abord d'un homme, grand, portant un chapeau. D'autres fois on évoqua plutôt une femme habillée de blanc. Parmi tous les témoignages, seuls deux rejoignirent précisément celui de David Farrant.

Photo de David Farrant
David Farrant

Les amateurs de Vampires ne tardèrent pas à s'emparer de l'affaire. Non seulement le cimetière fut rapidement envahi, mais en plus de nombreux livres furent édités dans la foulée sur le sujet. Le premier à parler de "Vampire de Highgate", c'est Sean Manchester, grand amateur d'occultisme. Il témoigna auprès du même journal que celui dans lequel on put lire les paroles de David Farrant, que selon lui il s'agissait d'un noble originaire de Valachie, au sud de la Roumanie (territoire lié au fameux Vlad Dracul). Il ajouta que des satanistes étaient responsables de sa venue au sein du cimetière de Highgate, et il se déclara capable de faire le nécessaire afin d'en venir à bout. Après ce témoignage publié dans l'édition du 27 février 1970, le journal proposa à nouveau un article sur le même sujet dans celle du 6 mars. Ce fut une interview de David Farrant lui-même, qui annonçait avoir découvert des cadavres de renards dans le cimetière. Un peu plus tard, les deux hommes affirmèrent que ces cadavres avaient été vidés de leur sang, étayant ainsi la théorie du Vampire de Sean Manchester. Une chasse au Vampire fut organisée pour le vendredi 13 mars malgré l'interdiction de la police, ainsi qu'une conférence en la présence de David Farrant et de Sean Manchester. C'est ce jour que Manchester annonça avoir finalement exorcisé l'entité.

Photo de Sean Manchester
Sean Manchester

Suite à cette affaire, David Farrant devint présent de la "British Occult Society" ainsi que de la "Highgate Vampire Society", tandis que Sean Manchester devint celui de la "Vampire Research Society". Alors que le premier pensait dur comme fer que l'histoire du Vampire de Highgate trouvait ses origines dans un événement surnaturel dû à l'alignement des tombes qui canaliserait une énergie psychique, le second penchait plutôt pour la théorie du Vampire. Qui a raison, qui a tort, on ne le saura sans doute jamais...

* Retrouvez "Le Novae Terrae, tome 1  La Guerre du Sang", dans lequel je traite de ce sujet, disponible depuis le 18 mars 2020, sur les liens suivants : 



Retrouvez la liste complète des articles de l'Antre, triée par monde puis par ordre chronologique, en cliquant ICI.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire