La boutique de l'Antre

Le sommaire de l'Antre

Mon service de correction

L'histoire de la flamme olympique

Le parcours de la flamme olympique des JO de Paris 2024
Le parcours de la flamme olympique des JO de Paris 2024

Je ne suis pas spécialement branchée sport, mais s'il y a bien un évènement qui m'intéresse beaucoup, ce sont les Jeux Olympiques ! Pour la bonne et simple raison qu'il englobent une grande variété de sports divers et variés, dont certains que l'on ne voit jamais (oui, je parle entre autres du curling, j'avoue). Et puis il y a les Paralympiques après, que je trouve encore plus intéressants, parce qu'ils nous montrent des athlètes qui réalisent de véritables prouesses malgré leur handicap parfois lourd. Oui, j'aime beaucoup les JO, et je cherchais l'occasion de pouvoir en parler un peu sur l'Antre. D'autant plus que cela fait quelque temps que nous savons qu'en cette année 2024, c'est la France qui organise la XXXIIIe Olympiade.

Et c'est avec une certaine fierté (non ressentie par tout le monde, il est vrai) que depuis le 8 mai dernier, le plus gros symbole de ces Jeux arpente la France métropolitaine, jusqu'au 26 juillet prochain où sera donné le coup d'envoi de ces JO. Je veux parler de la flamme olympique ! Arrivée sur notre territoire le 8 mai 2024, c'est sur le Vieux-Port de Marseille que s'est tenue la cérémonie pour sa descente aux alentours de 17h du Belem, magnifique trois-mâts qui s'avère être l'un des plus anciens grands navires européen encore en navigation, et le second plus grand navire de France. Et c'est le rappeur Jul qui a accueilli cette flamme, à la grande surprise de l'ensemble du public. En effet, absolument personne n'était au courant, c'était donc une surprise... plus ou moins appréciée en fonction des gens. Pour les Marseillais, la nouvelle a été très bien accueillie, étant donné qu'il est de Marseille ! Pour les autres, par contre... Ce fut sujet à débat, il faut le dire.

Mais ce n'est pas de cela que je souhaite parler ! Je souhaite vous raconter l'histoire qui se cache spécifiquement derrière la flamme olympique. Parce qu'elle est très loin d'être banale, et en plus, beaucoup ignorent d'où vient cette sorte de tradition ! Il faut dire que peu de monde s'est vraiment demandé d'où vient cette flamme qui part d'Olympie, en Grèce, pour rejoindre le lieu choisi pour l'Olympiade du moment. De plus, son point de départ est parfaitement logique pour une flamme dite "olympique". Sauf que, contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce n'est pas du tout à Olympie que cette idée est née, et elle est même très loin de dater de l'Antiquité ! Je vous propose de retourner un peu dans le passé pour comprendre comment les choses se sont déroulées :

Nous sommes en 1931, et il se décide alors du lieu où se dérouleraient les Jeux de la XIe olympiade de l'ère moderne. Le Comité International Olympique attribue l'organisation de ces Jeux, qui doivent se dérouler 5 ans plus tard, à Berlin. Ce choix allait bien évidemment permettre à l'Allemagne de briller sur le plan international après sa mise au rebut après la 1ère Guerre Mondiale, et il a donc été accueilli avec plaisir. Mais, en 1933, le chef du parti nazi qu'est Adolf Hitler devient chancelier d'Allemagne, et c'est du coup sous ses "ordres" que les JO de Berlin doivent s'organiser, sous la dictature que nous lui connaissons.

Ainsi, une politique d'aryanisation est instaurée, et tous les athlètes "non aryens" sont automatiquement exclus des associations sportives allemandes. Parmi eux figurent entre autres un champion amateur de boxe nommé Erich Seelig, ou encore le champion de tennis Daniel Prenn, car ils étaient tous les deux juifs. Le régime a bien essayé de cacher sa politique raciste durant ces Olympiades, pour laisser croire à une Allemagne pacifique, mais cela a fini par se savoir. De fait, des mouvements de boycott de ces Olympiades sont alors nés au sein de plusieurs pays, dont la France.

Mais cela n'a pas empêché les JO de Berlin de débuter. Et c'est ainsi que, le 1er août 1936, Hitler annonce lui-même l'ouverture des Jeux Olympiques d'été de Berlin, sous une fanfare dirigée par le célèbre compositeur Richard Strauss. Et en même temps que cette annonce, il va y avoir un fait nouveau, quelque chose qui n'est encore jamais arrivé malgré le grand nombre d'Olympiades qui sont déjà passées avant celles-ci : l'arrivée au sein du stade olympique de Berlin de Fritz Schilgen, un athlète allemand blond aux yeux bleus, symbole de la race aryenne voulue par Hitler.

Il va apparaître portant une torche qui s'est transmise avant lui en relais entre 3074 coureurs depuis le site d'origine des anciens Jeux, à Olympie donc, en Grèce. Et le voilà qui vient allumer la vasque que nous connaissons tous aujourd'hui, et qui signent le début des Jeux Olympiques d'été de Berlin. Cette vasque est un rappel du feu sacré qui brûlait sur l'autel du temple d'Héra, au cœur du sanctuaire d'Olympie, le temps des Olympiades dans l'Antiquité, et elle est présente à tous les JO. Mais le relais à la torche qui a précédé ce rituel habituel, en 1936 à Berlin, c'était la toute première fois qu'il avait lieu. On n'avait en effet jamais vu cela auparavant ! Eh oui, ce parcours en relais ne date pas du tout de l'Antiquité, il n'a même pas un siècle d'existence en réalité.

C'est Carl Diem, le secrétaire général du Comité d'organisation des Jeux Olympiques de Berlin, qui en a eu l'idée, tout d'abord pour une alternative allemande aux JO, les Deutsche Kampfspiele, en 1922. Diem a voulu réutiliser cette idée, et dès le choix posé sur Berlin en 1931 pour l'Olympiade de 1936, il imagine un parcours pour cette flamme, depuis Olympie jusqu'à Berlin. Quand Hitler devient chancelier d'Allemagne en 1933, Diem s'adresse au ministre de la propagande du régime nazi, qui n'est autre que Joseph Goebbels, pour discuter de l'accueil de cette flamme olympique.

Et Goebbels y voit une opportunité pour promouvoir le IIIe Reich. Ce relais est pour lui l'occasion de légitimer l'idéologie voulue par Hitler en la reliant aux idéaux du feu sacré de la Grèce antique, qui est symbole de pureté. Quand Fritz Schilgen, devenu symbole malgré lui de l'homme parfait (il n'était pas proche du régime nazi mais correspondait bien au profil aryen), est arrivé dans l'enceinte du stade olympique de Berlin avec ce relais an main, l'évènement a été qualifié de "grandiose" par plusieurs des membres du Comité International Olympique.

Et ce Comité a donc décidé de garder l'idée de ce relais et de le faire perpétuer pour les JO de Londres, en 1948 (ceux de 1940 et 1944 ayant été annulés à cause de la Seconde guerre mondiale). Et ce rituel perdure encore et toujours, jusqu'à nos JO de Paris 2024 ! Aujourd'hui, ce relais est devenu un symbole de paix au même titre que le feu sacré qui brûle dans la vasque le temps des Olympiades tous les 4 ans, mais quand on connaît ses origines, c'est tout de même un peu crispant, non ?

Retrouvez la liste complète des articles de l'Antre dans le SOMMAIRE !
Je suis aussi écrivain et lectrice-correctrice. Retrouvez tous mes réseaux sociaux pour ne rien rater de mes actualités, ainsi que mon service de révision de texte et toutes les plateformes sur lesquelles vous pouvez vous procurer mes livres, sur mon LinkTree !

0 comments