Jeu vidéo : Dying Light - L'Antre de Bloodwitch

dimanche 8 mars 2020

Jeu vidéo : Dying Light

Affiche de "Dying Light"
"Dying Light"

La franchise "Dying Light" fait beaucoup parler d'elle ces derniers mois, car outre son 5ème anniversaire fêté en grandes pompes, le second volet de ce jeu devenu mythique depuis sa sortie en 2015 commence à sérieusement montrer son bout de nez. Techland, le développeur, a déjà fait un très bon travail avec le premier, on attend donc du lourd avec le second, prévu pour le printemps 2020. Tant d'attente...

Mais qu'est-ce, au juste ? Il s'agit d'un survival-horror en milieu ouvert, où le but est de tuer du zombie par centaines. Oh il y a bien un scénario derrière, dont les bases trouvent par ailleurs leur origine du côté d'une autre licence nommée "Dead Island", sortie le 8 septembre 2011 sur PC, XBOX360 et PS3. Si vous ne connaissiez pas cette licence-là, sachez que mis à part "Dead Island : Riptide", qui constitue en quelque sorte une petite suite au premier (mais qui vaut le coup d'être joué aussi, d'autant plus que c'est également le combo Techland / Deep Silver derrière), un véritable "Dead Island 2" est dans les tuyau. On évoquait une sortie pour 2015, mais son développement, que l'on peut aisément qualifier de chaotique au possible, le retarde. En effet, après le divorce entre le développeur Techland et le studio Deep Silver, ce dernier a commencé à collaborer avec le studio Yager, puis il a été refourgué à Sumo Digital. Aujourd'hui, on ne sait pas trop où tout cela en est, mais la sortie est semble-t-il assurée pour 2020 malgré tout, selon Deep Silver. On surveille !


Affiche de "Dead Island"
"Dead Island"

J'avais bien aimé cette licence pourtant, et je m'étais même fait offrir la version boîte du MOBA, "Dead Island : Epidemic", en août 2012. Les serveurs ont malheureusement fermé leurs portes le 15 octobre 2015 (le jour de ma fête en plus...). Mais je dois dire que Deep Silver, à l'origine de cet essai dans l'univers de "Dead Island", n'a pas vraiment su générer l'engouement qu'a eu "Dying Light", sorti quelques mois plus tôt. Les joueurs se sont donc repliés sur ce "Dying Light", ainsi que sur d'autres jeux qui avaient le vent en poupe à cette époque, comme "DOTA 2" ou encore "League of Legends". Personnellement, j'ai gardé ma boîte du MOBA, cela me fera un petit souvenir.


La carte de Banoi dans "Dead Island"
Une carte de Banoi, dans "Dead Island"

Pour revenir aux origines de "Dying Light", il faut savoir que "Dead Island" ne prend pas du tout place dans la ville de Harran, mais sur une petite île paradisiaque nommée "Banoi", au large de la Papouasie - Nouvelle Guinée. Au début, on se réveille dans une chambre d'hôtel, en plein coeur de cette île qui promet de belles vacances. Sauf qu'elle est envahie de zombies, à cause d'un virus qui s'est répandu de toutes parts.  En plus, il vous faudra aider les survivants en galère. Cela vous rappelle quelque chose ? Eh bien oui, "Dying Light", forcément puisque c'est le même développeur derrière les deux licences (coucou Techland =) ). Et ce n'est pas le seul point commun. Le système d'armement se ressemble beaucoup, ainsi que le type de graphismes. De même pour le gameplay, qui est identique. "Dead Island" a tout de même un détail pour lui, que n'a pas "Dying Light" : le choix du personnage que l'on va jouer. On peut en effet sélectionner un personnage parmi quatre : Logan (armes de lancer), Purna (armes à feu), Sam B (armes contondantes) et Xian Mei (armes tranchantes). Ce choix ne change pas fondamentalement la façon dont votre partie va se dérouler, mais offre quelques avantages en fonction de l'expertise de celui avec lequel vous partirez à l'aventure. Quant au détail qui a son importance et que "Dying Light" possède, contrairement à "Dead Island", c'est l'ingéniosité du système jour/nuit, avec ses invasions nocturnes. Diablement bien pensé !


Une vue de Harran, dans "Dying Light"
Une vue de Harran, dans "Dying Light"

Du côté de "Dying Light", comme je le disais plus haut, on n'est pas sur la jolie île de Banoi. Là, nous sommes à Harran, en Turquie. Un virus dérivé de la rage s'est répandu parmi la population, métamorphosant pratiquement tous les habitants en zombies. La ville est placée sous quarantaine afin de contenir l'épidemie qui fait rage, mais cela ne suffit pas. Le ministère a donc pris la décision de la raser purement et simplement de la surface du globe. Et c'est là que vous, l'agent Kyle Crane, entrez en jeu. Vous êtes envoyé sur place par le GRE (Global Relief Effort), afin d'aller y chercher un dossier volé par un homme qui porte pour nom Kadir Suleiman, aka Rais, qui contiendrait un remède à ce virus destructeur. En passant, vous allez porter main forte à des survivants qui se cachent comme ils le peuvent des zombies. Au menu pour vous défendre, un très large choix d'armes diverses et variées, du simple bâton clouté à la mitraillette, en passant par les armes de lancer comme les shurikens, l'arc et l'arbalète, ainsi que différents couteaux et autres épées. Vous avez l'embarras du choix entre les magasins et ce que les zombies lâchent en mourant.

Techland a eu l'excellente idée à partir du mois d'août 2017 d'offrir 10 DLC gratuits aux joueurs en l'espace de 12 mois, dont certains rajoutant plusieurs heures de jeu. Un beau cadeau, qui a bien fait revenir les joueurs. Et depuis quelques mois, ils font régulièrement des évents (suivez la page Facebook du jeu pour savoir ce qui se passe en ce moment), malgré le développement très actif autour de "Dying Light 2". De plus, ils lâchent de temps en temps des codes pour vous offrir de nouvelles armes, voire des plans d'armes, à rentrer ICI une fois votre compte créé et lié avec votre compte de jeu (cela fonctionne pour toutes les plateformes). C'est généreux, et ça n'existe pas chez tous les développeurs de continuer à suivre un jeu qui commence à se faire vieux. C'est bien vu, et leur permet de garder les joueurs fidèles.

"Dying Light" est une valeur sûre, et son succès depuis sa sortie, débuté grâce à sa genèse à travers "Dead Island", ne faiblit pas. Et si vous galérez sur une quête, vous pouvez la faire en ligne, avec l'aide d'un autre joueur à l'autre bout du monde si vous le souhaitez. C'est à mon sens une licence à suivre de près, d'autant plus que la suite arrive dans quelques mois.

Retrouvez la liste complète des articles de l'Antre, triée par mondes, en cliquant ICI =)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire