Aileen Wuornos, la Demoiselle de la Mort - L'Antre de Bloodwitch

samedi 9 avril 2016

Aileen Wuornos, la Demoiselle de la Mort

Photo d'Aileen Wuornos
Aileen Wuornos

En criminologie, on compte un bon nombre de serial killers. Par contre, il n'y a pas énormément de femmes. Parmi elles, il y a Aileen Carol Wuornos, née le 29 février 1956 à Rochester, Michigan (Etats-Unis) et exécutée le 9 octobre 2002 à Starke, Floride (Etats-Unis). Elle fut surnommée la "Demoiselle de la Mort". C'est glauque, et ça lui correspond plutôt bien.
Elle est officiellement l'auteur de 7 meurtres par arme à feu, entre novembre 1989 et novembre 1990, et fut condamnée pour 6 d'entre eux à la peine de mort par injection létale. Née Susanne Carol Pittman, elle ne rencontra jamais son père. En effet, Leo Dale Pittman était un pédophile et violeur d'enfants, qui a passé une très grande partie de sa vie derrière les barreaux. Il termina sa vie étranglé par l'un de ses co-détenus en 1969. 9 ans plus tôt, sa mère, Diane Pratt, l'abandonnait ainsi que son frère plus âgé d'un an, Keith, à leurs grands-parents maternels, Britta et Lauri Wuornos, qui les adoptèrent peu de temps après. Mais ce dernier était un homme sévère, violent et alcoolique, qui n'hésitait pas à leur faire comprendre qu'ils avaient détruit la vie de leur mère en naissant. Il faut dire que le frère et la soeur jouaient avec le feu, le plus souvent littéralement. Aileen fut d'ailleurs brûlée au visage accidentellement une fois. Elle estimera alors avoir été défigurée, bien que cela ne se voyait pratiquement pas. Et avec les années, elle devint de plus en plus colérique et difficile à vivre.

Photo d'Aileen Wuornos enfant
Aileen Wuornos enfant
Photo d'Aileen Wuornos et ses grands-parents
Aileen Wuornos et ses grands-parents

Aileen Wuornos eut non seulement une enfance mouvementée, mais également une adolescence instable. Devenue alcoolique et dépendante à la drogue dès l'âge de 14 ans, au même titre que son frère qui était héroïnomane, elle tomba enceinte cette même année. Elle expliqua avoir été victime d'un viol de la part d'un inconnu. Elle donna naissance à un fils le 24 mars 1971, à la Maison des Mères Célibataires de Détroit. Celui-ci fut adopté immédiatement et on ne sut jamais ce qu'il devint. La grand-mère d'Aileen décéda d'une cirrhose du foie quelques mois plus tard (oui, elle aussi avait des soucis avec l'alcool), et son grand-père la jeta à la rue ainsi que son frère. Elle devint rapidement prostituée (on peut peut-être dire qu'elle reprit simplement cette activité, car le bruit court qu'elle l'était déjà avant). 3 ans plus tard, le 27 mai 1974, elle fut interpellée pour conduite en état d'ivresse et tir au pistolet. Elle ne se présenta cependant pas au tribunal. Puis, en 1976, alors que la jeune femme de 20 ans faisait du stop afin de rejoindre la Floride, elle rencontra celui qui deviendra son mari, Lewis Gratz Fell, 69 ans alors.

Photo d'Aileen Wuornos et Lewis Gratz Fell
Aileen Wuornos et Lewis Gratz Fell

Ils se marièrent rapidement, mais cela ne permit pas à Wuornos de rejoindre le droit chemin. Elle fut emprisonnée pour violence, avant de retourner dans le Michigan après avoir frappé son mari. Le 14 juillet 1976, elle fut encore arrêtée, pour trouble à l'ordre public. Son frère Keith mourut 3 jours plus tard d'un cancer de la gorge, et elle récupéra les 10.000$ de son assurance-vie. Une coquette somme qui aurait pu la tirer de sa condition de prostituée, mais elle dilapida l'argent sans réfléchir. La semaine suivant la mort de son frère, son mari Lewis Gratz Fell obtint le divorce, d'un mariage qui n'aura duré que 9 semaines. Aileen fut encore arrêtée plusieurs fois, mais également mise en prison en 1981, pour attaque à main armée, puis arrêtée en 1984 pour dépôt de chèques contrefaits, mais aussi en 1985 pour suspicion du vol d'un revolver et de munitions, et enfin en 1986 pour vol d'un véhicule ainsi que résistance à l'arrestation et obstruction à l'enquête. Cette même année 86, elle rencontra une femme de ménage nommée Tyria Moore dans un bar gay à Daytona Beach, et s'installa rapidement avec elle. Les deux femmes furent arrêtées et interrogées le 4 juillet 1987 au sujet de coups et blessures qu'elles auraient infligé à un homme dans un bar. Les meurtres de Wuornos débutèrent 2 ans plus tard.

Photo de Tyria Moore
Tyria Moore

* Le 13 décembre 1989, on découvrit le cadavre troué de 3 balles de Richard Mallory, 51 ans, propriétaire d'un magasin.

* Le 1er juin 1990, on trouva le corps dénudé de David Spears, 43 ans, ouvrier du bâtiment. Son corps comptait 6 balles.

* Le 6 juin 1990, ce fut au tour de Charles Carskaddon, 40 ans, ouvrier de rodéo, d'être découvert. Il avait pris 9 balles.

* Le 4 juillet 1990, on trouva la voiture de Peter Siems, 65 ans, mais jamais son propriétaire. Une empreinte de Wuornos fut découverte par la suite sur une poignée de porte intérieure de ce véhicule.

* Le 4 août 1990, on découvrit le corps de Eugene Troy Burress, 50 ans, vendeur de saucisses, dans un bois, avec 2 balles dans le corps.

* Le 12 septembre 1990, on retrouva le corps de Charles Humphreys, 56 ans, ancien commandant de l'US Air Force, avec 6 balles logées dans la tête. Sa voiture, elle, fut découverte dans un autre comté.

* Le 19 novembre 1990, on découvrit le corps de Walter Jeno Antonion, 62 ans, 4 balles dans le corps.

Dans chacun des cas, hormis celui de Peter Siems, on retrouva la voiture des victimes plusieurs jours avant ou après la découverte des corps, à plusieurs kilomètres de ceux-ci. En ce qui concerne la voiture de Peter Siems, celle-ci fut donc découverte le 4 juillet 1990. Ce même jour, Aileen Wuornos et sa compagne Tyria Moore étaient impliquées dans un accident de la circulation. Des témoins les avaient vu s'échapper du véhicule de Siems, et c'est à partir de là que la police scientifique partit à la recherche d'empreintes. Elle en trouva une de Wuornos sur une des poignées de porte, et celle-ci fut identifiée grâce à celles prises de Wuornos lors de sa seconde arrestation, en 1976. C'est ainsi que les enquêteurs apprirent son véritable nom, celle-ci utilisant un nom d'emprunt jusque-là. Il fallut néanmoins attendre le 9 janvier 1991 pour obtenir l'arrestation de Wuornos, qui se trouvait alors dans un bar de motards nommé "The Last Resort", dans le comté de Volusia. Le lendemain, Moore fut repérée à Scranton, en Pennsylvanie. Cette dernière accepta de coopérer avec la police en soutirant les aveux de Wuornos, en échange d'une immunité judiciaire complète des crimes dans lesquels elle pouvait être impliquée. Wuornos étant en prison à ce moment, le piège se mit en place par téléphone entre les deux femmes. Le 16 janvier, Wuornos avoua enfin ses crimes à Moore, expliquant que ces hommes avaient tous tenté de la violer et qu'elle n'avait agi que par légitime défense.

Photo de Tyria Moore lors du procès
Tyria Moore lors du procès

Le procès d'Aileen Wuornos débuta le 14 janvier 1992 pour le meurtre de Richard Mallory, dont le cadavre avait été découvert plus de 3 ans en arrière. Le témoignage à charge de Tyria Moore contribua à faire condamner Wuornos pour ce crime. Les psychiatres présentés par la défense témoignèrent qu'elle était mentalement instable, et qu'elle était notamment victime de troubles de la personnalité s'apparentant à de la schizophrénie. Mais l'accusation parvint à trouver des preuves que tous les meurtres cités plus haut, hormis celui de Peter Siems dont on ne retrouva jamais le corps, avaient été commis selon le même mode opératoire. Le 27 janvier elle explosa de colère à la sortie du tribunal, hurlant notamment : "Je suis innocente, j'ai été violée. J'espère que vous serez violés, sacs à merde d'Amérique!"

Le 31 janvier, elle fut condamnée à la peine de mort pour le meurtre de Mallory. Puis, le 31 mars, Wuornos plaida elle-même coupable pour 3 des autres meurtres, expliquant qu'elle voulait être "droite vis-à-vis de Dieu", mais en insistant tout de même sur le fait qu'il s'agissait de légitime défense de sa part. Elle fut à nouveau condamnée à la peine de mort, le 15 mai, une fois pour chacun des 3 meurtres qu'elle avait avoués après Mallory. En juin, elle plaida encore coupable pour un 5ème meurtre, celui de Charles Carskaddon, et fut encore condamnée à mort pour la 5ème fois en novembre. Le même mois, l'avocat de Wuornos tenta d'obtenir un second procès pour sa 1ère condamnation à mort, en prouvant que Richard Mallory avait été condamné dans le passé à 10 ans de prison pour viol, ce qui pouvait renforcer la thèse du viol mise en avant par Wuornos. Mais ces preuves furent refusées par le juge. Enfin, en février 1992, Wuornos plaida coupable pour le 6ème meurtre, celui de Walter Gino Antonio, et fut condamnée une 6ème fois à la peine de mort. Rien ne fut retenu contre elle pour Peter Siems, puisque son corps ne fut jamais retrouvé.

Photo d'Aileen Wuornos lors de son procès
Aileen Wuornos lors de son procès

Elle tenta de faire appel de ces condamnations, mais cela fut rejeté en 1996. Elle renonça définitivement en 2001, et se sépara de son conseil juridique. Avant son exécution, elle profita d'une dernière interview, le 8 octobre 2002, pour annoncer que plusieurs des gardiennes de la prison avaient abusé d'elle. Elle les accusa entre autre d'avoir souillé sa nourriture, de l'avoir poussée à se suicider, ou encore d'avoir été victime de fouilles lors de moments où elle était dénudée. Cela, entre autres accusations. Son avocat appuya ses dires en annonçant qu'elle "souhaite seulement avoir un traitement approprié, un traitement humain jusqu'au jour de son exécution". Il ajouta, sans doute afin de faire passer ses paroles plus facilement, que "si ses allégations ne correspondent pas à la réalité, celle-ci est vraisemblablement sujette à des hallucinations qui font qu'elle croit vraiment en ce qu'elle dit". Aileen Wuornos devint de plus en plus violente dans les derniers moments de sa vie, elle se mit notamment à insulter tous ceux qui l'entouraient. Son dernier entretien filmé se termina par ces mots : "Merci beaucoup la société, pour expédier mon cul par voie ferrée".

Capture écran d'Aileen Wuornos dans l'un de ses moments de colère, en interview
Aileen Wuornos dans l'un de ses moments de colère, en interview

Elle refusa le dernier repas auquel elle avait droit, préférant prendre un café à la place, et fut exécutée par injection létale le 9 octobre 2002 à la prison d'Etat de Floride, ceci faisant d'elle la 2ème femme exécutée en Floride, et la 10ème femme exécutée aux Etats-Unis depuis le rétablissement de la peine de mort pour les femmes en 1976. Elle avait alors 46 ans. Ses derniers mots avant son exécution furent : "Je reviendrai, comme la fête de l'Indépendance avec Jésus, le 6 juin comme dans le film. Maternité et tout, je reviendrai". L'ancienne chanteuse de 10.000 Maniacs, groupe que Wuornos écoutait énormément en prison, donna son avis sur le cas Wuornos : "Je pense qu'Aileen a vraiment cru qu'elle avait tué pour se défendre. [...] Si vous disiez une chose avec laquelle elle n'était pas d'accord, elle pouvait entrer dans une colère noire [...]. Quand elle n'était pas dans ces humeurs extrêmes, il y avait une humanité incroyable en elle". Difficile à croire quand on voit les images vidéo des interviews qu'elle avait accepté de faire, ainsi que son attitude pendant les procès.

L'affiche du film "Monster" inspiré de la vie d'Aileen Wuornos
L'affiche du film "Monster" inspiré de la vie d'Aileen Wuornos

Deux films notamment racontent l'histoire d'Aileen Wuornos, à commencer par "Overkill : The Aileen Wuornos Theory" par Peter Levin en 1992, avec Jean Smart dans le rôle de Wuornos. Le second, "Monster", réalisé par Patty Jenkins et sorti en 2003, met en scène la populaire Charlize Theron dans ce rôle, aux côtés de Christina Ricci qui incarne une Selby inspirée de Tyria Moore. Pour l'anecdote, Charlize Theron a pris 13,5kg pour pouvoir incarner son rôle. La véritable Aileen Wuornos cherchait, outre l'argent qu'elle volait à ses victimes, la gloire. Elle voulait devenir une héroïne pour les femmes, celle qui ferait ce que toutes les autres n'osaient pas faire. Elle le faisait comprendre durant ses interviews. Elle se montrait d'ailleurs très hautaine avec ses surveillantes de prison, elle ne se prenait pas pour une moins que rien. L'histoire se souviendra bel et bien d'elle, mais pas forcément comme elle l'aurait souhaité.

Retrouvez la liste complète des articles de l'Antre, triée par monde puis par ordre chronologique, en cliquant ICI.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire