Chucky en vrai : Robert - L'Antre de Bloodwitch

lundi 5 octobre 2015

Chucky en vrai : Robert

Photo de la poupée Chucky utilisée dans le 1er film
La fameuse poupée Chucky

Parce que ce n'est pas tous les jours qu'on apprend qu'une poupée tueuse de cinéma est en réalité inspirée de faits réels, je vous propose de découvrir l'histoire derrière la célèbre poupée Chucky. Mais avant de parler de cette histoire, je vous fais un topo rapide de ce qu'on a pu voir au cinéma. Chucky est une saga de 6 films (un 7ème est prévu) sortis entre 1988 et 2013 et qui sont :

* Jeu d'Enfant;
* Chucky, la Poupée de Sang;
* Chucky 3;
* La Fiancée de Chucky;
* Le Fils de Chucky;
* La Malédiction de Chucky.

Chucky, c'est l'histoire d'un tueur en série nommé Charles Lee Ray qui, abattu dans un magasin de jouets par un policier, use de ses connaissances en pratiques vaudou pour faire passer son âme dans le corps d'une poupée très à la mode, une "Brave Gars" ("Good Guys" dans la VO). Cette poupée est ensuite offerte à un enfant, Andy, dont elle tue peu de temps après la nounou. La mère d'Andy découvre rapidement ce qui se passe et fait tout pour empêcher la poupée de nuire à nouveau, à l'aide du policier qui a mis fin à la vie de Charles Lee Ray. Je n'en raconterai pas davantage, j'ai déjà pas mal spoilé l'histoire du premier film.


L'histoire derrière ce premier film se passe à Key West en Floride, et est celle d'une poupée bien réelle de Robert Eugène Otto, qui l'affubla de son propre prénom quand il l'obtint en 1906. Cette année-là, l'une des servantes de la maison, une Haïtienne adepte de pratiques vaudou, fut congédiée par la mère de famille qui l'avait surprise à effectuer des actes de magie noire au sein de la maison. Elle était embauchée par le père pour s'occuper du jeune Robert, et pour son départ, elle offrit une poupée à l'enfant, en lui précisant qu'elle était spéciale. Elle était en effet inhabituelle pour l'époque, celle-ci mesurant un mètre, et étant entièrement conçue en paille, hormis les cheveux qui étaient faits de laine. Robert donna son propre prénom à cette poupée, à laquelle il s'attacha tellement qu'il l'habillait de ses propres vêtements, et qu'il l'emmenait partout. Il demanda même à ses parents de cesser de l'appeler par son prénom, celui-ci étant réservé à sa poupée qui pouvait mal le prendre. La poupée devint donc officiellement Robert, et Robert fut appelé par son second prénom, Eugène. Ses parents l'entendaient discuter avec sa poupée, enfermé dans sa chambre où il passait le plus clair de son temps. Mais il leur semblait entendre une autre voix lui répondre. Au départ, ils se rassurèrent en se disant que ce devait être Eugène qui modifiait sa voix, bien que celle qui répondait était bien plus rauque, il s'agissait d'une voix d'adulte.


Photo de Robert, et photo de Chucky
Le vrai Robert à gauche, le Chucky des films à droite

Eugène se mit à changer de comportement petit à petit. De l'enfant calme qu'il était, il multiplia les colères, et fit de plus en plus de cauchemars, sans aucune raison apparente.  Quand quelqu'un entrait dans sa chambre, que ce soit l'un de ses parents ou un domestique, on le retrouvait en boule dans un coin de celle-ci. Jusqu'à une nuit où ses parents se précipitèrent dans sa chambre après avoir entendu un grand fracas. Ils retrouvèrent les armoires renversées, les jouets éparpillés, et leur fils tétanisé dans son lit. Celui-ci ne sut expliquer l'événement autrement qu'en accusant la poupée. On commença ensuite à retrouver des jouets cassés dans toute la maison, ce dont Eugène refusait la responsabilité, accusant encore et toujours la poupée. Ladite poupée semblait par ailleurs se déplacer toute seule. En effet, quand elle était laissée quelque part, on la retrouvait ailleurs. Plusieurs des domestiques décidèrent de démissionner dans les temps qui suivirent, car ils prenaient tous peur les uns après les autres. Certains étaient en effet certains d'avoir vu la poupée cligner des yeux, comme si elle était vivante. Et le bruit commença à courir en ville que les Otto possédaient une poupée maléfique, ce qui compliquait la tâche au couple pour recruter de nouveaux domestiques. La poupée fut donc retirée à l'enfant, et rangée dans une boite au grenier.

Quelques années plus tard, Eugène, devenu artiste-peintre, hérita de la maison de son enfance après le décès de ses parents. Il y emménagea avec sa femme Anne. Et il retrouva la poupée de son enfance dans le grenier, bien rangée dans la boite dans laquelle elle avait été consignée. Anne, quant à elle, n'apprécia pas que son mari installe cette poupée bien en vue dans la chambre d'ami qu'il venait d'aménager, assise sur une chaise près d'une fenêtre. Pour qu'elle puisse voir dehors, selon Eugène, qui parut soudain obsédé par le confort de sa poupée au détriment de celui de sa femme. Il devint peu à peu colérique, et s'en prit même physiquement à Anne, comme s'il était possédé. Il redevenait ensuite lui-même et s'excusait auprès d'elle, expliquant que la poupée était responsable de ses sautes d'humeur. Il tomba gravement malade en 1970, sans qu'aucun médecin ne puisse diagnostiquer sa maladie. Il resta enfermé dans la chambre d'ami, avec la poupée Robert, 4 années durant avant de décéder mystérieusement. Suite à cela, Anne vendit la maison et la quitta en y abandonnant la poupée. La maison fut rachetée par un couple avec une petite fille de 10 ans. Celle-ci prit possession de Robert, et commença comme Eugène durant son enfance, à faire d'horribles cauchemars. Elle témoigna voir la poupée se déplacer en courant, celle-ci l'aurait même attaquée une nuit. Ses parents, sûrement au courant de l'histoire de la famille précédente, s'en débarrassa en l'emportant au musée du coin, le Fort East Martello Museum. 

Photo de Robert en pleine réinstallation dans sa cage de verre
Robert réinstallé dans sa cage de verre au Fort East Martello Museum

Elle s'y trouve encore aujourd'hui, exposée dans une vitrine en verre. On peut lui rendre visite mais attention cependant, on raconte qu'avant de la prendre en photo, il faut lui demander son avis, sans quoi elle pourrait vous maudire. Cette salle est par ailleurs couverte de lettres à l'attention de Robert. Il s'agit le plus souvent de lettres d'excuses de gens frappés par la malédiction. Quant à la maison des Otto, elle a été transformée en hôtel-restaurant. Il a la réputation d'être hanté par l'esprit de la défunte femme de Robert Eugène Otto, dont on dit qu'elle resterait dans les lieux afin de les protéger de la présence maléfique de la poupée Robert. Fait amusant : Key West n'est pas seulement le théâtre des aventures de la poupée Robert, on lui connaît aussi une autre histoire de poupée, bien plus morbide. Le Comte Carl Von Cosel sortit une jeune femme morte de tuberculose de sa tombe, et vécut 7 ans avec ce corps chez lui avant d'être découvert. Son but était de ressusciter le corps, ainsi il attacha les os les uns aux autres avec des cordes de piano, remplaça la peau avec du plâtre et de la cire, et ajouta même une perruque sur sa tête. Après la récupération de la dépouille, il fabriqua une poupée grandeur nature à l'effigie de cette femme et vécut avec jusqu'à sa mort en 1952. Mais le mausolée qu'il fit ériger pour cette femme est toujours visible au cimetière de Key West.


Photo de Carl Von Cosel, et photo de sa poupée
Le Comte Carl Von Cosel à gauche, la poupée avec laquelle il finit sa vie à droite

Retrouvez la liste complète des articles de l'Antre, triée par monde puis par ordre chronologique, en cliquant ICI.

1 commentaire: