Mon intérêt pour Lovecraft, la criminologie et les mystères - L'Antre de Bloodwitch

vendredi 8 juillet 2016

Mon intérêt pour Lovecraft, la criminologie et les mystères

Un ordinateur
Un ordinateur, parce que tout part de là...

Parce que nos centres d'intérêt ont tous un point d'origine, un déclencheur, et que j'avais envie de rédiger quelque chose à ce sujet, nous y voici donc. Dans cet article, je vais parler de... jeux vidéo. C'est la première fois que j'évoque ce sujet au sein de l'Antre et pourtant, c'est bel et bien à partir de là qu'est né mon intérêt pour trois des thèmes majeurs de ce blog, à savoir Lovecraft, la criminologie et les mystères. Dans cet article, je vais donc raconter un peu mon parcours vis-à-vis de ces trois thèmes.


Tout a commencé avec l'arrivée du premier ordinateur à la maison. J'avais prié, supplié, tout ce que vous voulez, mais il m'a fallu de la patience, et c'est finalement en 1993, à l'âge de 8 ans, que le premier précieux a débarqué. Après avoir scotché mes parents avec mes premières connaissances en la matière (ah elles étaient énormes... Je savais l'allumer et faire une partie de démineur :p Mais pour l'époque, à mon âge, et surtout devant des parents qui n'y connaissaient strictement rien, c'était déjà beaucoup). Mon papa a très vite compris que l'informatique, c'était mon truc. Et il n'a pas tardé à me procurer mes premiers jeux vidéo, sans même vérifier que j'avais l'âge requis pour y jouer. Je ne le remercierai jamais assez pour cette négligence qui m'aura permis de baigner très tôt dans ce qui représente énormément pour moi aujourd'hui... En 1994 donc, à l'âge de 9 ans, je possédais enfin mes 2 premiers jeux vidéo PC, que je retournerai en long, en large et en travers avec les années. Et pas n'importe lesquels bien sûr : "Doom" et "Shadow of the Comet".

Cover de Shadow of the Comet
Shadow of the Comet

Je ne m'attarderai pas sur le premier, qui est pourtant légendaire et à l'origine de tous les FPS que l'on connaît aujourd'hui, mais qui ne représente rien vis-à-vis de l'Antre. "Shadow of the Comet", pour sa part, est une perle éditée par le regretté Infogrames (que l'on connaît notamment pour la saga des "Alone in the Dark"). Dans ce jeu aux allures de dessin animé dont le scénario prend place en 1910, on incarne un certain John T. Parker, photographe de son état, envoyé dans le petit village d'Illsmouth afin de faire un reportage sur le passage imminent de la comète de Halley. Mais une malédiction plane sur ce petit village côtier. Illsmouth, comète... ça ne vous dit rien ? Eh oui, vous avez là l'origine exacte de mon intérêt pour la mythologie lovecraftienne. Ce jeu est en effet inspiré par certaines de ses nouvelles, comme "La Couleur Tombée du Ciel" ou encore "Le Cauchemar d'Innsmouth". Et il est effrayant, très effrayant, tant par son histoire que par ses images (certes je parlais d'allures de dessin animé, mais faut voir la tronche des dessins...). Le CD-rom contenait aussi une application nommé "le Musée", qui permettait littéralement de visiter un musée fictif, constitué de tableaux et autres oeuvres d'art, toutes en rapport direct avec l'univers de Lovecraft. j'y ai passé un très grand nombre d'heures, étudiant chacune de ces oeuvres sous tous les angles.

Cover de Prisoner of Ice
Prisoner of Ice

Ce jeu a connu une suite en 1995, que je possède depuis sa sortie (oui je garde mes anciens jeux vidéo, même s'ils ne fonctionnent plus). Une suite nommée "Prisoner of Ice". Ce jeu porte sur une autre nouvelle de Lovecraft, à savoir "Les Montagnes Hallucinées". On y incarne le lieutenant Ryan, et l'histoire débute en 1930 à bord du HMS Victoria en Antarctique. Puis on se retrouve rapidement en Angleterre sur la trace des prisonniers des glaces. Au passage, on croisera la route de John T. Parker, faisant ainsi le lien direct avec "Shadow of the Comet". Ce second jeu vidéo axé sur la mythologie lovecraftienne auquel j'ai joué, n'a fait que confirmer mon intérêt déjà énorme pour cet univers si particulier. Pour l'anecdote, j'ai osé sortir l'histoire de "Prisoner of Ice" à l'école, en 1996, dans le cadre d'une rédaction libre. J'avais alors 11 ans, et j'étais déjà bien culottée quand j'y repense... Mais le professeur qui a corrigé cette rédaction n'avait à priori pas les mêmes références que moi, et n'y a vu du coup que du feu. La preuve en image :

Photo d'une rédaction pour l'école librement inspirée de Prisoner of Ice
Une rédaction pour l'école librement inspirée de Prisoner of Ice

Durant cette même année 1996, et toujours grâce à mon papa, je découvrais également un petit jeu sans prétention qui prend place dans un tout autre univers, très sombre mais aux dessins cartoonesques, et pourtant pas très beau graphiquement (quoi que pour l'époque, ça passait assez bien...). Il s'appelait "Private Eye". Comme le montre bien la cover ci-dessous, il s'agit d'une enquête policière, un polar si vous préférez. Et pour l'occasion, on y incarne rien de moins que le célèbre détective privé Philip Marlowe. Disparition d'un frère, meurtres, drogues... Un cocktail gagnant pour déclencher quelque chose chez moi. C'est en effet de ce jeu qu'est né mon intérêt pour la criminologie et les enquêtes policières au sens large. Et bien évidemment, d'autres jeux du même acabit ont suivi, ne faisant que confirmer mon goût pour ce monde. En vrac je pourrais citer "The Dame was Loaded (Une Poupée Pleine aux As)" sorti la même année, et également basé sur la recherche d'un frère disparu. La dimension d'enquête et de recherches m'a dirigée vers des jeux plus orientés là-dessus par la suite, tel que "L'Amerzone" en 1999. Beaucoup ont plongé dans l'univers de "Myst", pour moi ce fut "L'Amerzone". Et c'est à partir de là que j'ai développé un intérêt pour les mystères, intérêt devenu grandissant avec les années, et il en découle de fait un monde entier sur l'Antre consacré à cela. Tout ça, pour mieux revenir dans l'univers du policier avec "Post Mortem" en 2002 et sa suite, "Still Life" en 2005.

Cover de Private Eye
Private Eye

Vous savez à présent d'où vient mon intérêt pour trois des plus vastes sujets que je traite dans cet Antre. La mythologie lovecraftienne et la criminologie sont des sujets qui ne sont pas censés intéresser les enfants, mais je ne fais jamais comme tout le monde.

Retrouvez la liste complète des articles de l'Antre, triée par monde puis par ordre chronologique, en cliquant ICI.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire