DECES : Lemmy Kilmister, Motörhead - L'Antre de Bloodwitch

mardi 29 décembre 2015

DECES : Lemmy Kilmister, Motörhead

Un montage de Lemmy Kilmister en Dieu
Une représentation de Lemmy Kilmister trouvée sur le net

Il y a de ces icônes dont on pense qu'elles sont immortelles. Du moins, c'est ce que je croyais. Je le pensais ferme pour Sir Christopher Lee, je disais même le 27 mai dernier, jour de son 93ème anniversaire, qu'il était increvable. Sauf que voilà, le 7 juin qui a suivi, il nous a quittés. Lemmy Kilmister, chanteur et bassiste, mais surtout leader du groupe Motörhead, nous a quittés la nuit dernière.
Il fêtait son 70ème anniversaire le 24 décembre, on lui décelait un cancer le 26, et deux jours plus tard c'en est fini pour lui. C'est la première information que j'ai eue à peine les yeux ouverts ce matin, dès que j'ai ouvert les infos. Ian Fraser, de son vrai nom, a révolutionné le monde du Heavy Metal grâce à Motörhead, qu'il a fondé en 1975. Ses longs cheveux noirs, ses favoris reliés à sa moustache imposante, sa voix rocailleuse et sa manière si singulière de jouer de la basse, qui lui permet de reproduire des accords incroyables, sont un tout indivisible pour ce groupe légendaire. Pourtant, bien que précurseur du Heavy Metal, Lemmy démentira cela toute sa vie. En effet, en 2010 encore, dans les colonnes de The Independant, il disait ceci : "Nous n’avons jamais été pas un groupe de heavy metal. Nous étions un groupe de rock'n'roll. Et nous le sommes toujours. J’ai beau le répéter, mais tout le monde continue de nous décrire ainsi. Pourquoi les gens n’écoutent pas ?" Il répétera d'ailleurs ces mots à chacun de ses concerts : "We are Motörhead and we play rock n'roll".

Photo de Lemmy sur scène avec sa basse
Lemmy sur scène

Si vous voulez en savoir plus sur ce personnage légendaire, n'hésitez pas à jeter un oeil sur le reportage simplement intitulé "Lemmy", réalisé en 2010 par Wes Orshovski et Greg Oliver. Parmi les anecdotes qui auront circulées sur son compte, on raconte notamment que son sang était tellement toxique, dû à des décennies d'excès en tout genre (hormis l'héroïne qu'il exécrait), qu'il aurait pu tuer quelqu'un s'il en donnait. On lui prête aussi 2000 conquêtes, bien que lui-même ait réduit ce nombre à 1000 (voire 1200). Cela ne l'a pas empêché d'avoir deux fils, dont un à l'âge de 17 ans qu'il ne rencontrera jamais. Sinon, on remarque qu'il a toujours chanté avec un micro placé très haut. Il raconta lui-même que c'était un reste de ses débuts de scène, où il plaçait le micro ainsi pour ne pas voir le peu de gens qui composaient le public. Lemmy, c'était ça, mais c'était aussi une vie de rockeur à l'ancienne, comme plus personne n'en a de nos jours. La seule concession qu'il aura faite en 70 ans de vie, aura été de troquer son éternelle bouteille de whisky journalière, tradition mise en place depuis ses 30 ans, pour de la vodka-orange depuis quelques mois, dans l'unique but de ménager un diabète qu'il avait déclaré à force d'excès. On peut le dire, 70 ans de vie, c'est une très belle longévité pour quelqu'un comme Lemmy.

Son déclin se sera réellement fait sentir tout au long de cette année 2015, notamment lorsqu'il a dû quitter la scène au beau milieu d'un concert à Austin le 1er septembre dernier. Il reviendra 2 minutes plus tard afin d'annoncer qu'il ne peut continuer et donner des excuses. Depuis, sa santé ne cessera d'avoir des hauts et, surtout, des bas. Jusqu'à ce que le groupe poste ceci sur sa page Facebook, la nuit dernière : "Notre puissant et noble ami Lemmy est décédé après une courte bataille contre un cancer extrêmement agressif. Il avait appris qu'il était atteint de cette maladie le 26 décembre alors qu'il était chez lui, assis devant son jeu vidéo préféré, en compagnie de sa famille. Nous ne parvenons pas à exprimer le choc et la tristesse que nous ressentons. Il n'y a pas de mots pour cela." Et je terminerai cet article avec des mots prononcés par Lemmy lui-même, que je trouve très adéquats : "Si je meurs plutôt tôt que tard, je serai satisfait de ce que je l'ai fait. J’ai parcouru le monde entier, j’ai rencontré toutes sortes de personnes. J’en ai fait rire beaucoup et j’ai baisé des femmes de toutes les couleurs, religions ou origines." Alors sois satisfait Lemmy, tu as accompli ce que tu voulais faire, tu as laissé une trace dans le monde du Metal, et personne ne t'oubliera jamais.

Retrouvez la liste complète des articles de l'Antre, triée par monde puis par ordre chronologique, en cliquant ICI.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire