In Extremo, concert du 11/03/07 à l'Elysée Montmartre (Paris) - L'Antre de Bloodwitch

jeudi 1 octobre 2015

In Extremo, concert du 11/03/07 à l'Elysée Montmartre (Paris)

Billet du concert d'In Extremo à l'Elysée Montmartre (Paris) du 11/03/2007
Billet du concert

C'est en un beau début de soirée ensoleillé du dimanche 11 mars 2007 que je me retrouve à Paris, Elysée Montmartre, pour assister à un concert d'In Extremo, le premier en France en tant que tête d'affiche. Jusqu'au dernier moment, on se sera demandé qui assure la première partie car en effet, pas moyen d'avoir l'information sur les billets, ni même sur Internet. Surprise, donc !
La file d'attente était étonnamment courte et ce, à seulement un quart d'heure du début du show de la première partie ce qui, somme toute, est assez étonnant. Un jeune homme avec son biniou sur l'épaule a décidé de détendre l'atmosphère. Bien évidemment, les touristes qui se trouvaient sur le trottoir d'en face au moment où il s'est mis à jouer se sont certainement demandé ce qui se passait ce soir dans la salle. Au vu du peu de monde qui attendait au dehors, je ne fus pas étonnée de voir que la salle avait été coupée en deux. ce qui m'a surprise également, c'est de constater que malgré cette coupure, elle était encore trop grande ! J'en profite pour faire remarquer l'éclectisme du public, qui était certes composé de quelques Allemands, bien entendu, mais également des gens que l'on ne pouvait pas s'attendre à voir dans un concert de Metal.

C'est seulement en me rendant au stand de merchandising que j'ai enfin pu découvrir le nom de la première partie: Jenx. Totalement inconnu du bataillon, on ne savait trop à quoi s'attendre. Quelques temps après l'entrée de tous les spectateurs dans la salle, le groupe entre sur scène. Et là, l'accueil du public est étonnamment froid. Sont-ils donc réellement inconnus de la scène Metal? C'est à croire puisque lors de l'entrée en scène du chanteur, son signe vers le public fut salué par le silence ! Personnellement, je n'avais jamais vu un accueil aussi froid envers un groupe de Metal ! On peut remarquer deux guitaristes, un batteur, et un chanteur bassiste. Leur set démarre sur des chapeaux de roues, je fus surprise de constater que le groupe semble plutôt bien rodé pour la scène, il dispose d'un son plutôt bon et les musiciens sont tous bien en place. A la fin de la première chanson, le chanteur présente son groupe en quelques mots et l'on découvre alors qu'il s'agit d'un groupe français. Surprenant, on se serait plutôt attendus à un groupe allemand, mais sans doute la tête d'affiche a voulu faire dans l'original. Cela semble quelque peu raté, au vu de l'absence d'entrain du public pour pousser le groupe à donner le meilleur de lui-même. Je n'ai malheureusement pas trouvé de vidéo de ce soir-là, je vous propose tout de même une vidéo live qui fut enregistrée un mois plus tard :



Au fil des morceaux, on peut remarquer dans la salle quelques headbangs ainsi que quelques hurlements mais il faut se rendre compte à l’évidence, le groupe ne déchaîne pas les foules. Un petit accident à noter, le chanteur a malencontreusement fait tomber son micro pendant l'une des chansons, mais il ne s'est pas démonté. Il a attendu de ne plus avoir à jouer sur sa basse afin de le ramasser et, bien que ce fut limite, il a tout de même réussi avec brio. On peut souligner la puissance de son chant qui se trouve être très imposant. Le niveau musical général est de bon niveau et le groupe est en grande forme. Dommage que le public n'ait pas suivi. On peut définir la musique de Jenx comme étant du néo Death, avec une pointe d'originalité : une touche d'électro apportée par des samplers disséminés tout au long des morceaux. Leur seul inconvénient : les morceaux sont très similaires les uns par rapport aux autres, ce qui à force lasse certaines personnes dans le public qui décident même de s’asseoir par terre, en attendant la fin du set du groupe avec une impatience non dissimulée. En résumé, leur musique est très différente de celle d'In Extremo mais elle est tout de même intéressante. A petite dose. Ils ont eu droit à des applaudissements à la fin de leur set, mais on est loin du déchaînement. Et pourtant, leur dernier morceau était le plus intéressant de tous, il faisait assez penser à Slayer de par le changement de voix du chanteur pour cet ultime morceau. Au total, le show a duré 45 minutes.

L'attente entre le départ de Jenx et l'arrivée d'In Extremo est d'une longueur extrême pour le public qui s'assoit deci delà afin de se reposer un peu, en attendant l'arrivée du gros morceau de la soirée. Sur la scène, le plus gros du décor était déjà placé avant même l'arrivée de Jenx et l'on peut remarquer que la proue et la poupe manquent sur le fameux bateau. On a beau attendre, le fameux micro décoré du gouvernail ne vient pas non plus, ce qui va forcément retirer les effets pyrotechniques que nous avons pu voir au festival M'Era Luna en août dernier. Bien que la pyrotechnie soit impossible à mettre en place dans une salle telle que l'Elysée Montmartre, il est certain que cela va manquer au show et lui retirer sa dimension époustouflante. Pour information, il s'agit là du premier concert d'In Extremo en France en dehors d'un festival. Ils avaient bien une date prévue en avril 2004, dans le cadre d'une de leur tournée, mais toute la tournée avait été annulée, tout comme la date lyonnaise quelques jours avant le concert de ce soir, par faute de préventes... Voir In Extremo en tête d'affiche à l'Elysée Montmartre est donc une grande chance. Et comme il s'agit là de la seconde date de leur tournée, nul doute que le groupe sera en grande forme ! Je vous présente toutes mes excuses car la vidéo ci-dessous ne date pas du 11 mars 2007, mais du 14. Elle a été prise à Madrid, et si je vous propose ceci, c'est parce qu'il m'a été impossible de trouver une vidéo du concert dont vous lisez le report.


Pour expliquer le style de musique du groupe, ce n'est pas très facile de mettre des mots sur la musique d'In Extremo, mais afin de simplifier les choses, on peut dire que les guitares saturées et les rythmiques donnés par la batterie font penser à Rammstein, néanmoins, l'ajout d'instruments médiévaux donne une dimension très différente et absolument unique à ce groupe. le chant, lui, est plutôt guttural, mais sans pour autant être désagréable, bien au contraire. Le groupe ne semble pas très fan des solos de guitare, puisqu'ils sont remplacés par des solos de biniou, une petite touche d'originalité fort intéressante. Le son rendu par l'unique guitare au sein du groupe a un rendu très thrash, et les refrains sont très facilement retenus de par leur simplicité et leur côté extrêmement accrocheur. Vous l'aurez compris, In Extremo est un groupe qui ne ressemble à aucun autre et qui vaut le coup d’œil et surtout une oreille attentive pour ce qu'il font comme musique, tellement ils ont ce côté unique qui fait d'eux un groupe très différent de tous les autres groupes de Metal allemand. de plus, ce n'est pas un groupe qui se prend au sérieux, contrairement à la plupart des groupes de Metal.

Côté public, il n'y a pas beaucoup plus de gens que pour le set de Jenx, mais on peut quand même remarquer un resserrement vers l'avant de la scène. Nous assistons ici à un regroupement de fans très différent de celui que le groupe connait en Allemagne, au point que je m'étais retrouvée très loin de la scène lors du M'Era Luna 2006, et n'avais donc pas pu voir le groupe. Ambiance différente donc, et enfin la chance de voir de près les fameux instruments moyenâgeux qui rendent la musique d'In Extremo si originale. Un roadie dépose à différents endroits de la scène quelques bouteilles d'eau ainsi que des serviettes. Nul doute qu'il va faire très chaud, ce soir. Même du côté du public, on peut remarquer davantage de sourires que lors de la première partie, et une certaine impatience qu'il n'y avait pas une heure avant. A 20h12 précises, les lumières s’éteignent, un son de pluie et d'orage se fait entendre. Puis, sous un tonnerre d'applaudissements, quatre des sept membres du groupe font leur entrée sur scène, et débutent l'une de leurs chansons les plus connues (en Allemagne tout du moins) : "Spielmann". C'est au refrain que les trois musiciens manquants arrivent.

Tenues de corsaires sont au rendez-vous, on ne remarque même plus qu'il manque la proue et la poupe du bateau qui sert de décor, tellement on est obnubilés par ce qui se passe sur scène. Les instruments médiévaux attirent nos yeux, car en effet, il est tellement rare de voir un groupe se servir de binious et autres instruments à vent ou à cordes dont on cherche encore le nom. Le public est beaucoup plus présent et plus réveillé, quant au groupe, il semble très heureux d'être sur scène. Les musiciens ne semblent pas réellement souffrir de la petitesse de la scène et pourtant, ils ont l'habitude d'évoluer sur un espace beaucoup plus grand, il suffisait d'être là au M'Era Luna l'année dernière ou d'avoir vu leur DVD pour s'en convaincre. Nos trois joueurs de binious et autres instruments médiévaux parviennent à bouger sur la scène sans même se bousculer, cela montre à quel point le groupe est rodé pour la scène et pourtant, il ne faut pas oublier que c'est en 2003 qu'eut lieu leur première tournée, soit très peu de temps auparavant. Le groupe joue ses titres les plus connus, on a ainsi droit à des titres tels que "Der Wind" ou "Ai Vi Lo Lop" (que l'on peut entendre dans la vidéo plus haut) pendant lequel le public se déchaîne, mais dur dur de le faire chanter en allemand, le chanteur laisse donc tomber l'expérience en pouffant de rire. A la fin de "Ave Maria", c'est au tour du batteur d'avoir une crise de fou rire, mais il se reprend assez vite après quelques moqueries des autres membres du groupe. A ce moment, on sent très bien que l'ambiance au sein du groupe est excellente.

Le chanteur donne l'impression d'être assez blagueur car, pendant la chanson qui a suivi, alors qu'il devait chanter avec un des musiciens, il s'est arrêté en plein milieu du couplet, laissant ainsi le guitariste terminer tout seul avec un regard étonné en direction du chanteur qui, lui, était mort de rire ! Le morceau qui a le plus marqué ce concert est sans aucun doute "Herr Mannelig", pendant lequel le public applaudit tout le long, ce qui fait plaisir à voir étant donné sa réaction très froide vis-à-vis de Jenx. "Vollmond" a également déchaîné les foules avec son refrain si accrocheur, mais la chanson a eu du mal à démarrer. En effet, Mr Pimonte ne parvenait pas à reproduire les premières notes avec sa harpe. Sans doute un moment de déconcentration intempestive. C'est la chanson "Mein Rasen Herz" qui a suivi la présentation des différents membres du groupe par le chanteur. La chanson suivante a été présentée comme étant la dernière mais devant l'acharnement du public qui frappait des pieds sur le sol pour que le groupe revienne, deux autres chansons ont été jouées. Lors du dernier titre, le chanteur s'est mis à frapper sur le fût qui était à droite de la scène, les yeux avertis ont sans doute pu remarquer qu'il l'aurait fait tomber si une main venue de nulle part ne l'avait pas retenu !

Le concert a pris fin à 22h02, le temps a filé à une vitesse incroyable et on aurait aimé que cela dure plus longtemps. 1h50 n'est quand même pas un temps ridicule, le groupe a fait plus que le minimum syndical et cela est à souligner, car il devient de plus en plus rare que cela se produise. Quelques fans sont restés alors que beaucoup d'autres sont déjà sortis de la salle, dans le but de récupérer quelque chose. Ils n'auront pas attendu pour rien puisque l'un des roadies est venu distribuer les setlists du concert de ce soir. Une petit pièce de collection, pour ainsi dire. Une autre pièce de collection aura été donnée, il s'agit des trois baguettes du batteur ainsi que le médiator de Mr Pimonte qui, lui, a dû faire un tour par terre malheureusement. Le groupe a été vraiment très sympathique envers ses fans et ce, même si pas plus de trois personnes devaient comprendre ce que disait le chanteur lorsqu'il se mettait à parler entre deux chansons... en allemand.

Il y a eu énormément d'applaudissements à la fin malgré le peu de gens qui s'étaient déplacés pour venir voir In Extremo. La salle, du début à la fin, ne fut en effet jamais pleine et pourtant, elle était coupée en deux mais l'on pouvait aisément respirer et se déplacer d'un bout à l'autre. Soulignons que, malgré la qualité vraiment non négligeable de ce show, le groupe n'a pas joué certains de ses plus gros titres tel que "Spielmannsfluch" avec son refrain qui a enchanté les foules à Berlin comme on peut le voir sur le DVD du groupe, ou encore "This Corrosion", la seule chanson qui aurait pu permettre au public de chanter en chœur, puisqu'elle est en anglais. "Fontaine La Jolie" n'était pas non plus présente dans la setlist et pourtant, elle a beau être en vieux françois, elle est tout de même chantée dans une langue compréhensible par le public français. Mais il n'y a pas de regret, le groupe nous a tout de même fourni un grand moment de bonheur, à réitérer le plus tôt possible à Paris avec cette fois, on l'espère, une salle pleine. Seul petit regret que l'on puisse avoir vis-à-vis du groupe, c'est qu'il n'y ait pas eu davantage de personnes qui se soient déplacées pour venir le voir. In Extremo mérite d'être un groupe connu, ne serait-ce que par l'originalité de sa musique, ponctuée d'instruments tous plus étranges les uns que les autres.

Retrouvez la liste complète des articles de l'Antre, triée par monde puis par ordre chronologique, en cliquant ICI.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire