- L'Antre de Bloodwitch

dimanche 27 février 2022

Bloodwitch Luz Oscuria, "Fiat Tenebra (Let Darkness be)" - Extract number one, translation by Saleem Rustom

"Fiat Tenebra (Let Darkness be)", by Bloodwitch Luz Oscuria, translated by Saleem Rustom

This is the first excerpt from my novel, "Fiat Tenebra Let Darkness be)", in its version translated by Saleem Rustom.

lundi 14 février 2022

Bloodwitch Luz Oscuria, "Night on Pandemonia" - Extract number three, translation by Saleem Rustom

"Night on Pandemonia", by Bloodwitch Luz Oscuria, translation by Saleem Rustom

This is the third excerpt from my novel, "Night on Pandemonia", in its version translated by Saleem Rustom.

dimanche 30 janvier 2022

Bloodwitch Luz Oscuria, "Night on Pandemonia" - Extract number two, translation by Saleem Rustom

"Night on Pandemonia", by Bloodwitch Luz Oscuria, translation by Saleem Rustom

This is the second excerpt from my novel, "Night on Pandemonia", in its version translated by Saleem Rustom.

dimanche 16 janvier 2022

Bloodwitch Luz Oscuria, "Night on Pandemonia" - Extract number one, translation by Saleem Rustom

"Night on Pandemonia", by Bloodwitch Luz Oscuria, translation by Saleem Rustom

This is the first excerpt from my novel, "Night on Pandemonia", in its version translated by Saleem Rustom.

jeudi 13 janvier 2022

Giuseppe Belvedere, le Monsieur des Pigeons

Giuseppe Belvedere
Ma photo préférée du Monsieur des Pigeons


Hier matin, je recevais un livre dont je connaissais l'existence depuis 2017, mais que j'hésitais énormément à commander car j'en savais déjà tellement sur son sujet que je pensais ne rien en apprendre de plus. Je l'ai finalement commandé il y a quelques jours, reçu hier matin, et en fin d'après-midi j'en avais déjà lu la moitié. Ce livre, c'est "Les Ailes du Paradis" de Marie-Simone Poublon. Elle l'a écrit avec le concours de son sujet qu'elle a laissé s'exprimer sur sa situation. Ce sujet, c'est Giuseppe Belvedere, un monsieur que je surnomme "le Monsieur des Pigeons" depuis une petite dizaine d'années que je connais son existence. Né le 13 février 1945 à Calabre en Italie, installé à Paris depuis plus de 40 ans et trader à la retraite, il avait un petit appartement dans le quartier Beaubourg dans le 4ème arrondissement. Le 7 septembre 2010, Giuseppe Belvedere a été obligé de quitter ce petit appartement, et s'est retrouvé à la rue avec pour seul abri sa vieille Mercedes bleue. Depuis ce jour, il n'a plus jamais quitté ce quartier, il refusait même de s'en éloigner, disant que ce serait donner raison à ceux qui l'ont expulsé. Et c'est dans ce quartier que son corps a été retrouvé le 12 janvier 2022 au soir, tandis que cela faisait 3 jours que plus personne ne le voyait plus.